vendredi 13 avril 2012

Inclassable dans les tribus pré-éxistantes: C 'est grave docteur?


Il y a un célèbre proverbe, qui dit qu'on ne choisit pas sa famille.
ca te parle?


Moi perso, des fois j'ai l'impression, la tres nette impression, que c 'est pas possible, qu'on m'a échangée à la naissance, ou alors qu'on s 'est trompé de poussette au supermarché du coin.
Peut etre qu'en fait le bébé originel était encore pire que moi et que la maman désespérée a cru faire une affaire avec moi? Ou le contraire, je suis moi-même le rebus d' une maman désespérée?
Je pense que c'est plutot ca d’ailleurs... Parce que je pense qu'il fallait etre courageux pour s'appuyer une mini pomme...
Enfin bref....
Je crois vraiment que j'ai rien à foutre dans cette tribu!

Déjà...

Je ne ressemble mais alors EN RIEN à ma famille!
Physiquement on dirai une suédoise, brune peut être, mais une suédoise. Grosse la suédoise hein? n'allez pas imaginer un top model filiforme....
J'ai une peau de rouquine, je suis truffée de taches de rousseur. 
Eux, ils sont plutôt type maure: cheveux crepus, nez epaté, yeux et cheveux ebene....
Et moi je suis là , au milieu, avec mes yeux bleus: cherchez l'erreur....
Enfin ca c 'est pour le coté maternel....

Pour le coté paternel, c'est pas mieux....
Je ressemble pas mal à ma cousine germaine il faut le dire: en fait on a toutes les deux les yeux bleus...
Mais elle, elle a au moins l'excuse d'avoir un papa (la piece rapportée dans l'histoire, et encore pas longtemps il ne l'a jamais elevé, il n'a pas souhaité avoir cette responsabilité... [z'avez vu? je me controle! je la joue soft!], enfin, un géniteur  quoi (CQFD) aux yeux bleus!
Et c 'est tout ce que j'ai d'eux il faut le dire:
Je n'ai ni la mentalité, ni l'attachement, ni l'amour de la secte partenelle....



Donc voila, je suis issue d 'une simili marocaine et d'un artefact de papa.
Alors je suis quoi moi la dedans?
On dit qu'il faut toujours savoir d'où on vient pour savoir où on va....
Ça doit être pour ca que je sais pas spécialement où  je vais avec eux.... nan????


A chaque visite semestrielle chez ma grand mère paternelle, je me demande à chaque fois, si la quête de la bonne conscience n’est pas le leitmotiv de ma visite.
Je me suis évadée de la secte paternelle pendant 7 ans pour être exacte: Aucune nouvelle, aucun regret. Et puis la maternité aidant, j'ai repris contact avec eux, juste pour que ma conscience de maman ne me crie pas que j'ai puni mes enfants de connaitre une part de leur origine.
Du coup je me sens dans l'obligation de venir "gouter" avec les petits au moins deux a trois fois par an, sans oublier l'eternelle visite pour le café le jour de noël.
Celui qui a mis la graine dans le cocotier de ma mère n'avait pas pas le cran d'une noix de coco pour assumer son rôle de papa....
Alors et bein arriva ce qui devait arriver: nous sommes devenus deux étrangers.... Mais une fois que le mal était fait, qu'il m'eut traumatisé, qu'il m'eut rabaissée à l'état de sous merde sans importance.
Donc...
Non, je ne sais pas trop où je vais avec eux!


De l'autre coté de la famille, c 'est très ardu aussi...
Non pas avec l'ancienne génération; ma grand-mère est un ange, elle me comprend, elle me soutient, elle me donne tant que je ne sais pas si un jour je pourrai lui faire comprendre a quel point elle compte dans ma vie.
J'ai une existence a ces yeux, j'ai une importance que je n'arrive pas a trouver ailleurs.
Mais avec ma maman ou même ma soeur, les choses se compliquent.
Je n'arrive pas à percer leur secret.
Je sais communiquer avec tout le monde, mais pas avec elles.
Toutes mes paroles sont décortiquées, disséquées, puis réajustées à une sauce qui n’est presque jamais la mienne.
Un complicité est née entres elles par leur promiscuité au travail, par leur tempérament, par un je-ne-sais-quoi...
Je ne peux pas dire que je trouve ma place...


Enfin bref....
Il parait qu'on choisit pas sa famille...
Je ne peux pas dire que j'en changerai, parce que comme dit la maman de Forrest "La vie c 'est comme une boite de chocolat: on sait jamais sur quoi on va tomber"....
Bein c’est un peu pareil pour les familles... On sait jamais trop sur quoi on va tomber.......
Donc non je ne changerai pas, je ne prendrai pas le risque de tomber sur pire.
Mais il est vrai que des fois je me demande....


Mais qu'est ce que je fous la?
Mais que dois je faire?

Parce que si on y réfléchi bien: l'appartenance à un groupe c 'est somme toute très humain, l’être humain vit en troupeau ( j'ai hésité à mettre le mot "grégaire".... mais je me suis dit: "cap ou pas cap?").
Mais pour appartenir à un groupe encore faut-il s'y sentir à l'aise, ou y ressembler ou avoir un petit-je-ne-sais-quoi.
D'où l'importance de créer sa famille, celle dans laquelle on se sent bien, celle dans laquelle notre place est évidente, et sans ambiguïté, celle où nous n'avons pas besoin de lutter pour comprendre et se faire comprendre....
Donc ma famille, c 'est mon pommier, mes enfants, mes amis....
Et ma famille d'origine, reste ma famille d 'origine, celle qui me rappelle d'où je viens, mais qui ne me dis jamais où je vais! 





credit photo: picspeedwallpapers

16 commentaires:

  1. J'ai plus accès à hellocoton pour te le dire (ma page et toutes les autres sont en erreur 404 : n'existe pas !!!) mais je t'ai remise j'espère que ça marche. Bise

    RépondreSupprimer
  2. Hello Pomminette. Tu as fais un ravalement de façade pour passer du rose au violet ? J'aime beaucoup !
    Comme je me retrouve en lisant tes lignes ! Je suis, moi aussi, tellement étrangère à ma famille parfois ! Tu as une dernière phrase très jolie de dire que ta famille maintenant c'est celle que tu as construite ! Mille bisous !

    RépondreSupprimer
  3. La famille peut aussi être celle qu'on se choisit.
    Quand j'étais ado, j'étais persuadée d'avoir été trouvée dans une poubelle.
    Maintenant, avec des enfants, ça va un peu mieux même s'il y a des choses que j'ai du mal à supporter. Bises Pomme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au dela de choisir une famille (comme je dis, je ne voudrait pas en changer non plus: trop risqué! ^^), nous avons tous le pouvoir de creer celle qui nous conviendra!
      Ma vraie famille c 'est celle que je me suis crée donc choisit: Mes amies, mon homme et mes enfants.
      Merci ma grande!
      Pomme

      Supprimer
  4. Alala, la famille c'est compliqué, parfois...
    Je me reconnais également dans certains mots.
    Je rêve de fonder une famille unie, je rêve d'une tribu soudée, je rêve d'une relation complice avec mes futurs enfants...
    Ce que je ne trouve pas dans ma famille, j'espère arriver à l'instaurer grâce à ma descendance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiete pas, deja le fait d' voir reussi a mes les mots est extraordinaire.
      Apres, une fois que tu seras maman, tu verras: on ne fait pas toujours ce que l'on veut, mais plutot ce que l'on peut! (cf: categorie maman pomme "parce qu'avant, bein c 'etait pas mieux").
      C 'est egalement mon leitmotiv....creer une famille unie, soudée, et ou la parole est primordiale... Eviter les non dits au maximum. ils sapent la relations de confiance.
      bises!

      Supprimer
  5. Moi c'est un peu comme toi en fait. Je suis la seule de ma famille qui aime lire, la seule qui peint, qui coud, qui crochète, la seule qui ose des choses aussi, la seule rouquine aux tâches de rousseur (copine!!!), et oui c'est comme ça !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. entre extra terrestres on va s' entendre!!!! ;-)
      bises!

      Supprimer
  6. Comme c'est tellement vrai ! Maintenant, j'ai pris le prti de me dire "qui m'aime me suive" et ceux qui ne sont pas curieux de prendre de mes nouvelles ou de mes loulous, eh bien je laisse tomber. Il y a 3 semaines, je suis allée déjeuner chez ma mèe et dans son salon, elle a 2 photos de mes frères et soeurs, et je ne figure sur aucune. Ca fait mal. Mais bon, ma famille, c'est mon mari et nos loulous, et pis tant pis pour le reste. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme je te comprend!
      et d'un autre coté, du coup , on pas specialement envie de s'investir....
      Mais je ne peux m'empecher de me demander... qui de la poule ou de l'oeuf?
      faut il que je fasse pour qu'ils fassent? ou le contraire....? et c 'est là qu'on rentre dans la sacrosainte question du devoir d'etre parents ou pas....
      bises
      pomme

      Supprimer
  7. Moi, je me demande si on attends pas trop de ceux qu'on appelle notre famille, du coup on est toujours plus ou moins déçu, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c 'est completement ca!!!!!!
      Si nous attendions moins nous ne serions pas decues...
      Mais d 'un autre coté quand tu vois des familles où certaines relations sont privilegiées et d'autres non, comment dire a celui qui se sent lésé qu'il n'a pas le droit d'attendre la meme chose que son pair?
      personnelement je n'attend plus. je construit.... :-)

      merci d'etre venue reagir...
      et merci d'etre venue me lire!
      Bises
      pomme

      Supprimer
  8. Moi aussi, des fois, je me demande bien ce que je fous là tellement mes parents m'énervent. Mais d'autres fois, je me rends compte que finalement, j'ai le même sale caractère que mon père, les manies de ma mère... bref, les chiens ne font pas des chats !
    Cela dit, ne JAMAIS rester chez eux plus d'une semaine, après on se tape dessus ! ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Mmmhumm.
    Bah, c'est presque pareil pour moi, sauf que je n'ai pas d'enfants et que donc je n'ai pas à jouer un rôle pour ne les priver de rien...
    Je pars du principe (très difficile principe, je le conçois), que famille ou non, s'il y a un problème ce n'est pas vivable. Et je m'éloigne...
    Je n'ai pas parlé au géniteur durant plus de 13 ans, et je n'ai pas été affectée lors de sa mort (sauf parce que j'étais en plein concours et que vider sa maison me faisait chier)...
    Mais c'est vrai qu'il faut être super fort pour choisir cette voie

    RépondreSupprimer

Tu as aimé cet article... ou pas?
Tu veux rajouter ton pépin Dans ma pomme?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...