jeudi 23 octobre 2014

La plume

De droite a gauche, on ne pouvait lui dire d aller plus vite,
Elle allait, libre, a son rythme, vers son inéluctable destin.
Elle allait et venait, et de multiples chemins s offraient a elle.
Quelque fois peut être pourrait elle reprendre un peu de hauteur pour s aventurer vers un autre horizon.
La majorité penseront que son destin est bien tragique.
s écraser sur le sol tout en aillant eu que quelques minutes d une beauté époustouflante.
Mais non le destin d une plume n 'est pas triste.
Elle aura connu la majesté de l' oiseau qui l' a portait, elle aura connu la langoureuse caresse du vent entre ses brins,
Elle aura connu peut être les cris des enfants, les yeux des vieilles dames, elle aura été libre, et belle.
Libre et belle.

Elle aura pu suspendre son vol, peut être le temps d' une photo, le temps d un dessin.
Mais elle aura repris sa course lente, soumise aux lois delà nature auquel elle appartient.

Elle aura été comme tant de femmes sont, comme tant d hommes sont.
courant vers leur inéluctable destin.
Certains consommeront leur étincelle de vie en provoquant irrévocablement la vie en duel,
certains choisiront de mettre leur vie dans les mains de bourreau de vie,
D autre useront de leur liberté, abuseront de leur opportunité d 'être sans attaches,
Et d autres, trop préoccupés de quitter leur "oiseau" ne prendront jamais ce souffle de liberté.

La plume est unique et multiple, elle représente ce que la liberté peut avoir de si beau, mais aussi de si lâche.
Elle peut attirer les regards, être d une beauté véritable et attirer les destins telle une bougie sur les papillons de nuit, mais elle peut aussi  être lâche, traître, et solitaire.

Alors que vaudrait il mieux?
Vivre sa liberté un peu, beaucoup, passionnément, peu importe les chemins, peu importe les conséquences.
Ou ne pas la vivre et rester enchaîné a vie a plus grand que soi, plus puissant que soi, asservi dans la peur de mourir seul.

Voila le destin peu tragique d une plume qui aura choisi de vivre sa liberté, a son rythme et lentement, sans provoquer une chute plus rapide, mais sans la suspendre non plus.

Voila comment la vie nous transforme souvent en plume. Nous détacher, et prendre notre envol, se balancer, lentement a droite a gauche, faire des expériences, prendre du recul, et choisir un autre chemin. Puis reprendre notre chemin vers ce qui de toute manière sera notre fin a tous.

L' important n 'est pas la chute, l' important est comment nous vivons notre chute. chaque seconde, chaque souffle est un pas de plus vers notre fin.
L' important n 'est pas d être au sol, l important est d avoir assez de beauté intérieure pour que être gravé a jamais sur le papier argentique d une pellicule photo, sur les gros grain d une feuille d e dessin, ou dans un joli vase d 'une vieille dame collectionneuse.

La plume n est que le reflet de notre liberté et de notre chute.
Comment la vivre? quels courant prendre? précipiter la chose ou attendre de suivre les courants d 'air qui nous portent à droite, à gauche?
Notre vie est elle assez longue pour que nous choisissions de la consumer par les deux bouts?
Notre vie est elle assez courte pour que nous nous asservissions a un autre que nous même?
Le balancement de la plume sera sûrement notre meilleur apprentissage....


4 commentaires:

Tu as aimé cet article... ou pas?
Tu veux rajouter ton pépin Dans ma pomme?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...